Mercredi 26 septembre 2012 3 26 /09 /Sep /2012 12:50

NUMÉRO 150


 01123127

 

Une drôle de rentrée !

 

Pendant que le musée du Louvre inaugure son nouveau département consacré aux arts de l’islam, célébrant ainsi la grandeur d’une civilisation qui durant plusieurs siècles a apporté ses lumières au monde, des fondamentalistes aux quatre coins de la planète, se jettent dans des manifestations haineuses contre l’Occident…

Pendant que 400 000 jeunes dansent dans la rue à l’occasion de la vingtième Techno parade, que 12 millions de Français s’adonnent à la découverte des trésors de notre patrimoine ou que l’on fête la Gastronomie, la guerre continue de faire rage dans certains pays tandis que les révolutions démocratiques engagées dans d’autres semblent faire long feu…

Pendant que les miracles de l’Internet permettent à des milliards d’individus de communiquer, se parler, sympathiser, échanger des idées, collaborer dans des projets utopiques, la même toile permet à d’autres d’attiser l’esprit d’intolérance et d’appeler au recul, à la marche en arrière, à la défaite de l’intelligence…

Décidément, l’avenir n’est pas linéaire. L’histoire avance par paliers, reculs, pauses et cela, d’autant qu’elle reste minée et dominée par une crise économique sans précédent qui creuse un peu plus encore le fossé entre les populations favorisées et les autres. Ainsi, certains ont pris de longues vacances quand d’autres n’ont pas eu ce plaisir. Certains partiront de nouveau très prochainement, quand d’autres resteront à quai.

… Pourtant, malgré les défections, l’industrie du loisir, des vacances, du tourisme comptent parmi celles qui se portent le moins le mal. A tel point que la nouvelle ministre du tourisme n’hésite pas à offrir sa contribution au redressement national. Tout comme les Espagnols ou les Grecs qui comptent vendre encore un peu de leur territoire à des magnas du jeu ou de l’hôtellerie –voir article-.

En somme, le tourisme est convoqué une nouvelle fois à la rescousse des économies en berne. Avec ses qualités : ses capacités à contribuer au bonheur individuel, à favoriser l’échange et à apaiser les tensions, mais un défaut : son incapacité à innover.

… Lors du dernier salon IFTM, il fut beaucoup question d’innovation. Un séminaire entier proposé par Amadeus était consacré au sujet. Mais de la parole aux actes, la route a toujours été bien longue. Drôle d’époque, drôle de rentrée, drôle de monde !


 ... En attendant, TOURISCOPIE publie son 150 éme numéro : depuis 15 ans, cette veille mensuelle ne s'est jamais dérobée devant la tache difficile qu'elle s'était assignée : surveiller et surtout comprendre le changement, afin d'anticiper son impact sur les comportements touristiques.

L'irruption des nouvelles technologies dans notre quotidien et celle de la crise économique n'ont en rien contribué à atténuer cette tache. Au contraire, événements d'actualité et phénomènes de toutes sortes ne font que rendre plus passionnantes nos observations et nos analyses...

 

 

SOMMAIRE 

 

VEILLE-MARCHÉS


• Le marché des Millénnials : quel tourisme pour la « screwed génération » -2 fiches- ?


Nouvel eldorado, les Millénnials ? Pourquoi pas ! Les instituts de marketing nord américains en sont tout à fait convaincus. Voilà pourquoi ils prédisent d’ores et déjà que les secteurs et les entreprises qui sauront s’adapter à ce marché et qui sauront le fidéliser, gagneront, d’ici peu, le gros lot ! Mais qui sont les Millénnials et quelles sont leurs exigences en matière de tourisme ?

 

VEILLE-COMPORTEMENTS


Les déconnectés : fracture sociale ou numérique


A l’heure où il semble devenu impossible de ne pas se réfugier sur les écrans de son téléphone portable afin d’y glaner messages, photos et autres informations instantanées…. A l’heure où il ne se passe guère de jours sans qu’un institut révèle des statistiques mirobolantes concernant le nombre d’internautes, de SMS échangés, de pages lues, d’applications vendues… Et bien, non ! Tout le monde n’est pas connecté ! Prés de 10 millions de Français ne vivent pas à l’heure d’Internet. Mais, qui sont-ils donc ? 


La multiplication des career-breakers : les années sabbatiques comme remèdes à la crise


Depuis une bonne dizaine d’années, les « career breakers » refont surface. Minés par la crise économique, motivés par l’envie de profiter de la vie,  ils affichent des âges, des profils et des attitudes de plus en plus diverses qui les rendent parfois insaisissables.

Bien présents dans le paysage touristique mondial, ils alimentent à leur façon l’industrie du voyage et contribuent au développement d’un monde plus durable.

 

• Des comportements sous influence : quelques évolutions


Que l’on soit ancien ou moderne, autant accepter l’irruption de la technologie dans nos vies et se résoudre à vivre avec elle. D’autant que l’internet mobile constitue aujourd’hui un immense vecteur de changements comportementaux. Lesquels ?

… A partir d’une compilation des observations de plusieurs instituts  et nos propres observations dans le secteur du tourisme, voici quelques unes des évolutions qu’elle génère…

 

VEILLE-TENDANCES


• Sacré climat : de l’influence contestée du climat sur les touristes


Nul ne peut nier la forte influence qu’exerce la météo sur les déplacements touristiques. Et, malgré la menace du réchauffement climatique, ce n’est pas demain que les déplacements nord-sud s’inverseront. Le soleil a de beaux jours devant lui. Pourtant, ne surestimons pas son rôle, ni celui du climat d’une façon générale !


 • La longue marche de la consommation durable : le touriste prend son temps


D’un colloque à l’autre, d’une étude à l’autre, les experts de l’environnement, les techniciens de l’économie d’énergie, les transporteurs, les bâtisseurs, les industriels … sont d’accord sur un point : c’est le changement des modes de consommation allié à la technologie, seul, qui permettra de sauver notre planète ! En somme, c’est sur nous, citoyens consommateurs, que repose bel et bien le sort de ce qu’il reste de terres, océans, rivières, forêts et autres espèces animales, végétales et humaines…

 

VEILLE-PRODUITS


• Gastronomie : les nouveaux codes du gastronome


Alors que, pour la deuxième année, le ministère du tourisme accompagne la Fête de la Gastronomie, loin de l’élitisme à laquelle elle était apparentée, une nouvelle gastronomie et un nouveau gastronome s’affirment et confirment à leur façon, le surinvestissement de notre société dans l’art de se nourrir.


• Un nouveau tourisme de bien-être : l’alliance réussie avec la culture


Quand une formule touristique s’épuise, elle s’allie à la découverte culturelle. C’est le pari que fait le tourisme de bien-être qui cherche à se renouveler en s’inscrivant dans une démarche globale de découverte de la nature, de la culture du pays et de la pratique de soins authentiques. Quelques  destinations aux traditions séculaires, voire millénaires, ont compris l’intérêt de ce type de tourisme qui repose sur des cultures et des savoir-faire traditionnels…

 

 

 

Par Josette SICSIC - Publié dans : Editorial
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 juillet 2012 4 26 /07 /Juil /2012 10:57

 

 

 

Juillet-Août 2012

Numéro 149


JO-Londres.jpg


Les Jeux Olympiques de Londres, et après … ?


Durant quinze jours, le monde entier aura les yeux fixés sur ses écrans et sur les exploits d’une noria de sportifs venus de toute la planète pour défendre les valeurs de leur discipline, battre des records, se donner en spectacle. Projeté depuis la capitale britannique, le film de cette manifestation planétaire entièrement vouée au culte du corps et de l’homme devrait réunir environ 4 milliards de téléspectateurs et attirer dans la ville de Sa Majesté quelque 2 millions de visiteurs qui d’ores et déjà ont du acquitter des tarifs hôteliers en pleine effervescence – en moyenne : 213 euros pour la nuit d’hôtel ! -

Après un Jubilé de diamant et, un mariage princier, les Jeux Olympiques tombent à point nommé pour faire de Londres la capitale la plus douée du monde pour combiner les paillettes de la tradition aux éclats de la modernité. Du haut de ses tours, nouveaux gestes architecturaux signés par le Gotha international du métier, la capitale britannique sait toiser l’histoire sans pour autant la renier. Soignant avec application les codes de la monarchie, célébrant sa reine avec respect et tendresse, elle sait aussi rendre un hommage vibrant à un groupe mythique de rockers comme les Rolling Stones dont le concert a attiré plus de 80 000 spectateurs … Et, malgré les aléas de la crise économique et les coupures budgétaires que le gouvernement de David Cameron a été sommé de faire, elle sait combiner programmation sportive et culturelle, grâce à la mise en place d’une Olympiade culturelle qui conjugue art contemporain, comme l’exposition consacrée à Damien Hirst à la Tate Modern et art très avant-gardiste comme « a room for London » qui, sur le toit du Queen Elizabeth Hall, propose la visite d’une pièce d’architecture vivante réalisée par l’équipe d’architectes de David Kohn !

Avec toutes les audaces dont les Britanniques sont capables, le Secrétaire de la Culture britannique Jeremy Hunt n’a d’ailleurs pas hésité à déclarer que « que la culture serait désormais à l’Angleterre, ce que le soleil est à l’Espagne ».

 La lourdeur de l’addition

 Nous voilà prévenus ! Londres entend bien profiter des Jeux Olympiques pour peaufiner son marketing pour les quelques années à venir et affirmer sa suprématie sur les autres capitales internationales.

Reste que, trois épines : la sécurité, les transports et la météo risquent d’égratigner le tableau parfait de cette manifestation planétaire. Alors que le métro londonien assure déjà en temps normal les 12 millions de trajets par jour, il devra en assurer 3 millions de plus lors des journées les plus chargées ! Un défi loin d’être relevé. Tandis que côté sécurité, il manquerait encore quelques milliers de vigiles pour compléter les équipes chargées de surveiller les va et vient des athlètes et des visiteurs.

Autre point en suspens : comment reconvertir les installations destinées aux J.O, après emploi ? Certes, les Britanniques ont d’ores et déjà pris leurs dispositions pour louer les 3000 appartements du village Olympique et vendre aux Brésiliens le pavillon destiné au basket !

… Pourtant, de telles précautions ne suffiront peut-être pas. Athènes qui s’était offert un nouvel aéroport pour un coût de 2,5 milliards d'euros, des lignes de métro pour 1,6 milliard d'euros, une autoroute contournant la capitale grecque par le nord pour 475 millions d'euros... qui avait planté des milliers d'arbres et prié ses taxis de surveiller leurs pots d’échappement, n’a pas fini de régler les13 milliards d'euros de la facture des jeux de 2004 !

Tout donne donc à penser que par les temps incertains qui courent, les extravagances de ces manifestations planétaires, sur notre vieux continent surtout, pourraient à l’avenir sembler déplacées. D’autant que le miracle de Barcelone en 1992 ne se reproduira pas. Une bonne raison de laisser la place aux puissances émergentes ! 

 

SOMMAIRE DU NUMÉRO 149

 

Veille-comportements


• Les loueurs de résidences principales : une pratique branchée !

Louer son domicile principal à un vacancier et  se transformer en prestataire touristique… compte parmi les pratiques amateurs en plein essor. C’est simple et ça peut rapporter gros. Mais, tous les loueurs éphémères n’ont pas  les mêmes motivations. Derrière un acte « simple », se cache une grande diversité de comportements. Nous avons enquêté sur ces nouveaux loueurs qui représentent environ 25% de l’ensemble des loueurs particuliers


Crise et tourisme : les sauveurs du soldat grec

Affectées tour à tour par des crises politiques, économiques, écologiques… les destinations touristiques ne réagissent pas toutes de la même façon.

Ainsi, la Grèce après une année particulièrement éprouvante, aura probablement du mal à remonter aux niveaux atteints l’été dernier grâce au repli des clientèles de l’Egypte et du Maghreb. Néanmoins, elle devrait se maintenir à flot grâce à certains segments de vacanciers décidés à jouer les sauveurs de l’été grec. Qui sont-ils ?

 

Veille-tendances


• Les excès de l’information : on sait tout sur tout !

A l’heure où l’information est devenue surabondante dans tous les domaines, qu’observe-t-on ? Que tout le monde sait tout et même que tout le monde sait tout faire ! Parmi eux, le touriste n’échappe pas à la règle ! Mais, les experts sont rares, les généralistes multiples et l’approximation massive. Une donnée à ne pas négliger car les choses ne vont pas en s’arrangeant !


• Les invariants touristiques : le changement n’est pas pour demain

Pendant que la quête de nouveauté ne se tarit pas et oblige le secteur touristique  à multiplier les initiatives capables de renouveler ses équipements, ses services et ses activités, notons que le touriste fait preuve d’un conservatisme désarmant dans ses pratiques. Notamment en bord de mer. Ce qui nous permet de penser que le touriste des années 2020 voie 2030 et plus, ne sera guère différent de celui des années soixante… Analyse de que l’anthropologue Claude Levi-Strauss appelait les « invariants ».

 

Veille-marchés


• Vacances au pays : Une aventure culturelle et touristique en mutation

En 2050, l’Europe vieillissante devra accueillir 50 millions de travailleurs immigrés supplémentaires. Autant dire que, plus que jamais, notre continent sera une terre d’immigration que l’on habitera et dont on partira, le temps des vacances. Car, les diasporas ont presque toujours eu l’humeur vagabonde et le goût d’un retour au pays qui n’est pas sans alimenter les flux touristiques…. Mais attention, les pratiques vacancières des populations immigrées, comme les autres, évoluent…


• Joindre l’utile à l’agréable : Une dominante des voyages de jeunes

Le tourisme des jeunes a beau subir lui aussi les méfaits de la crise, il n’en reste pas moins très actif. Les voyages forment toujours la jeunesse. Les jeunes voyageurs constituent en effet l’un des marchés les plus dynamiques du tourisme mondial. Selon l’OMT, 20% des 940 millions de touristes internationaux qui ont sillonné le monde en 2010, étaient âgés de 15 à 30 ans.

 

Veille-produits


• Les loisirs « in » et « out » : plus qu’un effet de mode, une quête de valeurs

Les pratiques de loisirs sont-elles soumises aux caprices de la mode ou obéissent-elles à une quête plus profonde de valeurs ? Bien que complexe, le sujet mérite d’autant plus notre intérêt que la crise économique actuelle a profondément modifié nos comportements…


• Le sport et ses déclinaisons : sous le regard des philosophes

La démocratisation sportive se paie par une extrême diversification des activités et des pratiques. On le sait. La population sportive comme les autres, est donc loin de constituer un groupe homogène. Entre le sport plaisir et le sport compétition, la palette est de plus en plus nuancée. Mais, il semblerait que la relation de l’individu à son propre corps telle que l’histoire et la philosophie l’ont analysée soit le principal moteur de cette diversification.

 

Par Josette SICSIC - Publié dans : Editorial
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

TENDANCES ET FUTUR

UN OBSERVATOIRE SOCIÉTAL AU SERVICE DE L'INNOVATION TOURISTIQUE

 sicsic.jpg

 Depuis 17 ans,Touriscopie décrypte les changements sociétaux et leurs implications sur les pratiques, les comportements et les aspirations des clientèles touristiques : 
 jeunes, familles,enfants, seniors, femmes, solos, Français ou Occidentaux, Chinois, Indiens....

 

Ce travail d'analyse et de réflexion publié dans les pages d'un mensuel : Touriscopie, a pour   but de permettre à des acteurs du tourisme et des loisirs d'adapter leur offre et surtout d'innover, en limitant  les risques de faire fausse route...

Plus qu'un média,Touriscopie est donc un outil d'aide à la décision, capable d'anticiper les évolutions    d'un tourisme pluriel, hésitant plus que jamais entre goût de la démesure et quête de simplicité... entre les cottages de Center-parcs et les casinos de Singapour...

 

* Lisez : Un article de Josette Sicsic dans Amour et Tourisme :

un ouvrage collectif dirigé par C.Origet du Cluzeaux. Préface Yves Michaud.

Editions L'Harmattan.

Ouvrage en cours : Tourisme, en avant la musique !

En collaboration avec Roberto Lavarini. Sociologue. Université de Milan. Editions L'Harmattan

AMOURS ET TOURISME 17 12 2012 AMOURS ET TOURISME

 

conf tourisme creatif ©adcep

 

* Lisez : Colloque Tourisme créatif 6 et 7décembre

*Ecoutez Josette Sicsic

sur France Culture : 26 juillet 2012

http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-d-ete-qui-paye-le-prix-du-low-cost-2012-07-26

*Retrouvez aussi la chronique mensuelle de Josette Sicsic sur : www.tourmag.com

*A lire ce mois-ci : Le Midi Libre.Une interview de J. Sicsic. Forum jeunes publics. Réseau Culturel Catalan

 • Une interview de Josette Sicsic dans l'Expansion. Octobre 2010

Ecoutez Josette Sicsic sur :

 

France culture : Du grain à moudre : "La Chine redessine-t-elle la carte du tourisme ?". le 16 juillet 2013.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4667492

 

France Culture : Les retours du dimanche. Le 21 juillet 2013 : "Travaillez plus pour partir moins"

 

Europe 1. Matinale. Dimanche 21 juillet 2013

 

France 5 : C'est dans l'air. Le 26 juin 2013 

 

 


ABONNEZ-VOUS

 

Touriscopie-x3.jpg

CETTE ANNÉE , C'EST DÉCIDÉ !

VOUS VOUS ABONNEZ : VOIR NOTRE OFFRE RENTRÉE 2015

BULLETIN D’ABONNEMENT PROMOTIONNEL 2015

 


LA BIBLIOTHÈQUE

 

La bibliothèqe de Touriscopie

 

TOURISCOPIE PROPOSE UNE

SELECTION D'OUVRAGES

 

IMG_0722-copie-1.jpg

DES ETUDES ET ANALYSES

ETUDES TOURISCOPIE

TOURISCOPIE RÉALISE DES ETUDES

DE CLIENTÈLES SUR LE TERRAIN

PROFITEZ DE SON EXPERTISE :

SeniorFriendly-7

AGE FRIENDLY : UNE DÉMARCHE

EN FAVEUR D'UN TOURISME SENIOR

TENDANCES SOCIÉTALES

Retrouvez les synthèses des tendances

des années précédentes

 images-copie-5

Tendances 2011-2012

Tendances 2009

Tendances 2008

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés